Bébés nés prématurément : les frais médicaux sont-ils remboursés ?

Certaines grossesses arrivent à terme avant la date prévue de l’accouchement. Des naissances prématurées qui, dans de nombreux cas, n’entraînent heureusement aucune complication médicale chez l’enfant. Mais ce n’est pas toujours le cas. Il arrive aussi que les bébés nés prématurément doivent subir des traitements et examens médicaux parfois coûteux. Qu’en est-il donc de leur remboursement ?

Bébés nés prématurément : les frais médicaux sont-ils remboursés ?

Pas d’assurance hospitalisation pour les nouveau-nés…

Les assurances maladie ou hospitalisation pour nouveau-né n’existent pas en Belgique. Pourquoi ? Car ces assurances ne sont tout simplement pas nécessaires. Dès que vous avez déclaré votre fils ou votre fille à la commune, il ou elle est couvert(e) par votre assurance maladie  ou celle de votre partenaire. Le même principe vaut d’ailleurs pour l’assurance hospitalisation. Aussi longtemps que la mère et son enfant séjournent ensemble à l’hôpital, tous les frais sont repris sur une facture commune qui sera ensuite remboursée par l’assurance hospitalisation de la maman.

…mais bien pour les bébés nés prématurément

Malheureusement, certains nouveau-nés doivent parfois séjourner plus longtemps que prévu à l’hôpital. C’est notamment le cas des bébés nés prématurément ou des bébés nés à terme, mais atteints d’une maladie. Dans pareil cas de figure, il est important d’inscrire son bébé en tant que personne supplémentaire à son assurance hospitalisation ou celle de son partenaire. Vous avez jusqu’à trois mois après l’accouchement pour le faire, après quoi un examen médical supplémentaire devra être effectué par le médecin attitré de la mutuelle. Pour reprendre votre enfant prématuré ou malade dans votre assurance hospitalisation, rien de plus simple :informez votre mutuelle ou assureur de la naissance de votre bébé et demandez à ce qu’il soit repris dans votre police d’assurance.

Examens dans les centres spécialisés

Votre enfant est né à moins de 32 semaines de grossesse et/ou pesait moins de 1,5 kg à la naissance ? Il est alors probable qu’il doive subir des examens médicaux de contrôle dans un centre spécialisé, et ce, jusqu’à l’âge de cinq ans et demi. Rassurez-vous : votre société d’assurance mutuelle interviendra dans le paiement de ces coûts.

Liste des centres spécialisés de Belgique

Les centres spécialisés dans le suivi des grands prématurés accueillent uniquement les bébés nés à moins de 32 semaines grossesse et/ou dont le poids ne dépasse pas les 1,5 kg à la naissance. Le médecin présent lors de votre accouchement rédigera une attestation afin de confirmer que votre bébé répond aux conditions requises pour être suivi dans un centre de ce type. Si votre enfant répond aux conditions d’admission, le personnel du centre remplira pour vous le formulaire de demande d’intervention dans les frais de revalidation et y joindra l’attestation délivrée au préalable par votre médecin. Ces deux documents doivent ensuite être remis à votre mutualité afin qu’un traitement soit envisageable dans le centre en question. Si votre demande est approuvée, les médecins du centre soumettront votre enfant à des tests médicaux aux âges charnières de son développement. Quatre types de bilans sont ainsi réalisés à quatre âges différents. Votre mutualité interviendra ensuite dans les frais des examens médicaux réalisés dans le cadre de ces quatre bilans. Attention : le remboursement se déroule selon le mécanisme du tiers payant, ce qui signifie que vous payerez une intervention personnelle (ticket modérateur) comme c’est le cas lorsque vous vous rendez chez votre médecin généraliste.

Parentia, toujours à vos côtés

Les bébés nés prématurément requièrent souvent un suivi médical attentif. Nous vous souhaitons donc beaucoup de courage dans cette épreuve. Bien entendu, Parentia reste aussi à votre disposition si vous avez des questions qui restent sans réponse. N’hésitez pas à nous demander votre startbedrag si ce n’est déjà fait. Vous pouvez enfin compter sur nous en cas de souci avec votre administration familiale. Il est par exemple important de connaître l’impact du temps supplémentaire passé à l’hôpital sur votre congé de maternité.

Bon courage !
 

Sources: 

  • RIZIV
  • Kind & Gezin