Les compléments de vitamines sont-ils indispensables pour nos enfants ?

De plus en plus de sirops, gélules et autres compléments riches en vitamines se retrouvent sur le marché à destination des enfants. Quand ont-ils réellement besoin de ces petits boosts ? Sont-ils inoffensifs ? Que penser des applications comme Yuka? On fait le point avec Multipharma.

Multipharma

En période hivernale, quels sont, selon vous, les produits de soins indispensables pour les enfants en bas âge (crème hydratante, baume à lèvre, etc.) ?

La peau des touts-petits  est vraiment fine et immature.  L’enfant ne sécrète pas assez de sébum et il faut combler ce manque en se tournant vers les crèmes hydratantes (le sébum est le film se trouvant à l’extérieur de la peau, la protégeant des agressions externes).

Beaucoup de mamans se demandent si on peut hydrater son bébé sans l’avoir lavé. Celles-ci peuvent être rassurées :  elles peuvent hydrater l’enfant, même s’il n’a pas encore pris son bain.

En fonction du quotidien de l’enfant (notamment s’il est souvent à l’extérieur), on préconise l’utilisation d’une crème pour le visage. Pour ce type de crème, comme pour les crèmes solaires : n’hésitez pas à en renouveler régulièrement l’utilisation dans le courant de la journée, si nécessaire.

Y a-t-il des vitamines indispensables pour les enfants en bas âge? Conseillez-vous de faire une cure de vitamines pour préparer l’hiver ?

Si votre enfant mange de manière variée et équilibrée, il devrait avoir tous les apports nécessaires en vitamines grâce à son alimentation. Il n’est pas nécessaire de supplémenter en vitamines, tout le long de l’année.

Néanmoins, si votre enfant ne mange pas suffisamment ou pas assez varié, alors dans ce cas, cela peut être utile d’apporter des vitamines supplémentaires.

C’est la raison pour laquelle il est vraiment important d’apprendre à nos enfants à manger le plus varié possible : étant en période de croissance, ils ont besoin de l’ensemble des vitamines présentes dans notre alimentation.

Par contre, certaines vitamines ne se retrouvent pas forcément dans l’alimentation :  

Vitamines _ sinaasappel(sap)
  • la vitamine D : il est recommandé d’en prendre, suite à notre manque d’exposition au soleil car notre météo belge ne nous permet pas d’en produire suffisamment. La vitamine D est indispensable pour permettre l’absorption du calcium et ainsi, une bonne croissance chez les enfants.
  • la vitamine K : elle permet d’avoir une bonne coagulation du sang et d’éviter les hémorragies. Celle-ci est nécessaire chez les enfants allaités car il n’y en a pas suffisamment dans le lait maternel. Par contre, dans les laits en poudre, la quantité de vitamine K retrouvée est suffisante pour l’enfant. Cette vitamine peut être fournie à l’enfant de deux manières : soit en injection suffisante à l’hôpital,  soit via prescription, en pharmacie. De cette manière, la vitamine K est prise par voie orale, toutes les semaines.

Dans les pays occidentaux, il est rare de tomber en carence de vitamines. Il faudrait qu’un enfant ne mange presque rien ou ait une maladie qui l’empêche d’absorber l’une ou l’autre vitamine. De manière générale, le manque de vitamine est décelé avant que celui-ci ne devienne une carence chez l’enfant concerné.

Les vacances de Carnaval approchent à grand pas. Y a-t-il des vitamines à conseiller? Ou des produits à ne pas oublier dans notre valise pour les enfants ?

Il est toujours utile de prendre une trousse de premiers soins avec :

  • un thermomètre,
  • un antipyrétique (souvent en sirop et permettant de diminuer la fièvre),
  • des petits pansements,
  • un désinfectant,
  • une crème anti-bosse.
  • Une crème solaire (particulièrement importante en hiver)

Demandez à votre pharmacien une crème solaire spécifique pour l’hiver, car elle est différente de celle pour l’été : elle sera plus épaisse afin de protéger contre le vent. L’indice sera automatiquement 50 que ce soit pour adulte ou pour enfant. Pour vos enfants, nous conseillons les  crèmes solaires petit format combinées à un baume à lèvre ayant également un indice protecteur, pouvant être porté autour du cou et utilisés régulièrement au cours de la journée.

N’oubliez pas de penser à l’hydratation pour le visage et pour le corps, et encore plus lorsque vos enfants ont passé du temps à l’extérieur.

Bien sûr, si votre enfant prend un traitement chronique, il faudra emporter celui-ci en vacances.

Au niveau des vitamines proprement dites, il n’y a rien de spécifique à prendre avec vous.

Quel conseil donneriez-vous à un parent pour s’y retrouver parmi la multiplicité des produits proposés, tout en étant sûr qu’il s’agit d’un produit non nocif pour son enfant ?

On entend de plus en plus souvent parler d’applications comme Yuka, qui estiment la dangerosité et la nocivité des cosmétiques (par exemple).

Yuka est une application qui peut s’avérer utile, pour se faire un avis sur un produit, car il en existe tellement que les parents peuvent être perdus. Mais il faut néanmoins être vigilant car la base de données n’est pas complète. En plus, Yuka ne tient pas compte de la quantité de la molécule contenue dans le produit.

Dès qu’il y a des traces d’un composant, il est mentionné dans la liste des ingrédients et pris en compte par l’application. Or ceci ne tient pas compte ni de la quantité effective de ce composant dans le produit (s’agit-il seulement de quelques traces, milligrammes ou grammes ?), ni de la quantité de produit qui sera utilisée (application localisée à hauteur d’une petite plaie ou rougeur, ou application sur l’ensemble du corps ?). Certains produits sont nocifs quand ils sont présents en trop grandes quantités, mais sont tout à fait acceptables en petite quantité ou pour une courte durée.

ours malade

En conclusion, Yuka  peut être un bon outil mais il faut avoir de bonnes connaissances pour pouvoir utiliser cette application avec une regard critique. C’est pourquoi nous invitons plutôt les parents à choisir leurs produits sur base des conseils d’un professionnel, le pharmacien.

Multipharma a mis sur pied un coaching gratuit pour les parents, sous le nom de Bambino&co. Pourriez-vous nous en dire plus?

Souvent, la maman peut se sentir perdue et se pose beaucoup de questions. C’est pourquoi, nous proposons un coaching, gratuit, qui s’adresse à la maman dès l’annonce de sa grossesse et jusqu’au 1 an de l’enfant : Bambino&Co.

En termes de coaching, nous aiguillons la maman sur les bonnes pratiques à mettre en place durant la grossesse. Nous la rencontrons en pharmacie, sur rendez-vous ou lors de soirées Bambino. Nous invitons les futurs parents en soirée, et avons ainsi vraiment l’occasion d’avoir un échange avec eux. L’objectif est de prendre le temps pour les écouter et les rassurer sur tous les aspects liés à la grossesse et la petite enfance. Cela permet aussi de créer du lien avec nos clients et ainsi créer une relation de confiance.
Nous envoyons également chaque mois une Newsletter adaptée au stade de la grossesse pour vraiment donner des conseils pratiques et utiles.
Petit bonus : lorsque la maman s’inscrit à ce coaching Bambino& Co, elle reçoit une boite avec différentes explications détaillées, des cadeaux (biberons, sucettes, produits, bon de réductions, etc.)

Si vous êtes enceine, félicitations ! N’oubliez pas de demander votre prime de naissance grâce à notre outil pratique.

Merci à Diana Feier et Constance Namahirwe (toutes deux gérantes d’une officine Multipharma) pour leur temps et leur expertise.